Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

livres

  • "Gamma-GT", un roman à l'eau de vie

    Jérôme photo.jpgJérôme Burlandiny est un alcoolique, abstinent aujourd'hui depuis plus de neuf ans.

    Tout gamin, il a goûté aux boissons des grands et il a aimé ça. Le goût et les effets.

    Mais il  aura fallu qu'il atteigne la cinquantaine pour que la progression de sa consommation devienne problématique.

    Au point qu'un jour, il a franchi la ligne rouge du non-retour, et, longtemps après, ... le seuil d'une réunion des Alcooliques Anonymes.

    Si "Gamma-GT" est un roman, il n'est néanmoins pas très éloigné du parcours personnel de Jérôme.

    Il ne s'agit cependant nullement d'un documentaire sur l'alcoolisme et le chemin vers l'abstinence. Non plus un plaidoyer proAA pou antialcool.

    Gamma couverture pleine JPEG.jpgLes personnages qui y vivent, souffrent, tombent et s'y relèvent, sont imaginaires. Jérôme les a recomposés à partir des traits communs aux amies et amis qu'il fréquente encore aujourd'hui au fil des réunions AA.

    Par le jeu de la fiction, ces malades alcooliques sortent de l'anonymat. Et le lecteur, à défaut de parfois s'y reconnaître ou d'y retrouver les traits d'un proche, s'y attache.

    L'auteur avait d'abord écrit une autobiographie de son parcours éthylique dans un but surtout thérapeutique.  C'est beaucoup plus tard que la fiction est venue donner vie et chair à ce récit. Lorsqu'un ami de Jérôme lui a dit : "Tu ne peux pas garder ça pour toi, ça peut aider beaucoup de gens."

    L'amitié et la solidarité sont le terreau de ces boutures de vies qui redressent la tête. Avec la sérénité trouvée (ou retrouvée) au long du chemin. On ne dit pas "au bout du chemin", car le parcours, comme le roman, n'a pas de fin. Il s'écrit au jour le jour.

    Avec beaucoup de respect et d'humanité.

    Des chapitres courts, une écriture fluide, et des personnages à plaindre et à aimer.

    On est loin des clichés qui montrent uniquement les alcooliques en période de crise. Plus noirs que gris.

    Des gens de tous les jours pour qui l'alcool était devenu le souci quotidien. En avoir ou pas. Mentir, se cacher.

    Les soirs où l'on règne et les matins où l'on se hait, où l'on se dégoûte.

    Si les alcooliques en souffrance sont généralement allergiques à ce genre de prose, leurs proches, qui souffrent aussi, trouveront là une raison d'espérer. De savoir qu'il est possible d'arrêter tout en reprenant goût à la vie. Le grand mérite de ce roman est peut-être son message subliminal : "L'abstinence n'est pas une punition." Pour personne.

    Gamma couverture pleine JPEG.jpg

    Se procurer le livre : soit en le commandant au libraire, soit en ligne :

    http://www.editionschloedeslys.be/catalogue/904-gamma-gt.html

    Réactions de lecteurs : la page Facebook de Jérôme Burlandiny propose quelques réactions des premiers lecteurs.

    https://www.facebook.com/J%C3%A9r%C3%B4me-Burlandiny-628046757301615/?ref=aymt_homepage_panel

  • Impasse du 30 février

    onlit_46_Delfosse_2D_grande.png

    N'ayant pas encore lu "Et ta mère !", son recueil de nouvelles publié en 2012, je suis donc tombé tout nu dans le roman de Luc Delfosse.
    Déjà le titre, quasi bissextile ! Puis il embraye, sec, avec le prénom de son héroïne : Marie-Arsule.
    Exhumé du "Regain" de Giono, cet anachronisme, on le lira, compose le génome du personnage. Car rien n'est gratuit chez cet auteur qui vous rattrape  toujours au tournant.
    Voici un récit-promenade, comme le concert du même nom, qui dévore en passant tout ce qui lui semble pouvoir croquer sous la dent. Situations plus qu'improbables. Allusions historico-littéraires. Mais surtout, des personnages croquignolets, croqués avec une tendresse féroce. Parfumés des relents alanguis d'apéros vespéraux lampés dans la touffeur des ragots sous les vérandas congolaises. Ou tatoués des tics et des tocs des terroirs de France traversés lors d'une quête qui est tout sauf linéaire.
    Un fil rouge nommé Jeanne d'Arc et une bigue arnaque pour terminer. Une arnaque cousue de fil à pêche et tellement alambiquée qu'il faut freiner des quatre fers pour en déguster toute la finesse.
    Faut-il donc aimer les gens pour en parler ainsi…
    Car si le fond est habilement tissé, la forme vous secoue le petit Grevisse. Irrespectueux de tout, sauf du style, Luc Delfosse empanache ses envolées tel un Cyrano braguette ouverte et bite au vent. Mais toujours avec des manières de vieille France profonde qui font passer les gaudrioles pour des versets du coran. Et avec enluminures celtiques sivouplé !
    Parfois, Blier passe en récitant Audiard. Et l'on relit à haute voix le passage irrésistible. Parfois, le fauve se calme et se laisse envahir de réminiscences poétiques qui vous font passer de l'hilarité au frisson. On sent que l'auteur a passé de bons moments devant son clavier. D'ailleurs son rire résonne souvent dans les couloirs tordus du récit. In petto.
    Morceaux choisis :
    "Elle marcha en s'enroulant douillettement dans le cachemire de l'aube jusqu'à l'embranchement de la nationale."
    "La rumeur est à la réalité ce que la diarrhée est au transit intestinal ou la branlette frénétique à l'amour passionnel."
    "Parti de nulle part, on revient vite à son point de départ si l'on n'y prend garde."
    "Le petit bonhomme était si maigre qu'une seule rayure aurait suffi à son costume de bagnard."


    Un bouquin qu'on a envie de relire. Un peu comme si on reprenait une part de dessert.


    Jacques Maget


    ( ONLIT-Editions : http://www.onlit.net/products/impasse )