Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • "Shakespeare Romantique"

    Musée Rops - Namur. Jusqu'au 25 février.

    "Shakespeare Romantique"

    P1160127.jpg

     

    Cette exposition, qui a fait le bel été du musée de l’hôtel Sandelin à Saint-Omer, est conçue en partenariat avec l’Établissement public musée du Louvre, auquel est rattaché le musée national Eugène-Delacroix.

    « Ah, la vie a des moments drôles et imprévus et sublimes à la fois comme dans Shakespeare ! » écrivait Félicien Rops.

    Même si le lien direct avec Ensor ne saute pas aux yeux il existe un ou deux chaînons présents. Question d'atmosphère et d'époque, certes, mais aussi deux gravures du Namurois où le crâne de Hamlet est joyeusement détourné.

    ma-70252-WEB.jpg

    Si l'expo namuroise a éliminé quelques "Anglais" de Saint-Omer, elle y a ajouté quelques Belges de choix. Constantin Meunier, Alfred Stevens, Eugène Smits et d’autres artistes belges -dont Rops- qui ont subi l’influence du théâtre anglais pour laisser transparaître leurs doutes et interrogations face à cette fin-de-siècle qu’ils tentaient d’apprivoiser.
    Pas étonnant que des symbolistes belges aient puisé dans l'œuvre du dramaturge tant les héros collent au concept à la perfection.

    Mais la première découverte est une ... redécouverte. Celle de grands personnages Shakespeariens : Hamlet et Ophélie, Roméo et Juliette, Macbeth et sa « Lady », Othello et Desdémone, ... qui reprennent place dans notre mémoire scolaire en voie d'effacement, non seulement par les œuvres exposées, mais aussi par les nombreuses citations mises en exergue dans chaque salle.

    P1160140.jpg

    Quant à la deuxième découverte, elle concerne Eugène Delacroix... Par-delà la petite, mais superbement condensée, huile "Roméo et Juliette, l'expo nous fait découvrir le Delacroix lithographe. Tirages, certes, mais surtout quelques miraculeuses pierres à lithos aussi émouvantes que didactiques.

    P1160147.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Petite expo, comme toujours les temporaires de la rue Fumal, mais où le temps peut ainsi mieux se laisser prendre. D'autant que les œuvres semblent avoir été créées spécialement pour la contemplation.

    Une soixantaine de peintures, gravures, affiches et sculptures de Jules-Robert Auguste, Louis Boulanger, Jules Bastien-Lepage, Léopold Burthe, Leonetto Cappiello, Albert Ciamberlani, Thomas Couture, Théodore Chassériau, Eugène Delacroix, François-Emile Ehrmann, Ernest Hébert, Amédée-Ernest Lynen, Constantin Meunier, Luc Olivier Merson, Gustave Moreau, Alfons Mucha, Tony Robert-Fleury, Félicien Rops, Charles Samuel, Eugène Smits, Paul Steck, Alfred Stevens.

    De quoi mesurer l’impact du théâtre de Shakespeare sur les arts plastiques au XIXe siècle et dont les représentations inspirent, aujourd’hui encore, les metteurs en scène et les comédiens.

    https://www.museerops.be/en-cours

     

     

  • Facebook : le cul et les écus

    Grand moment d’humilité

    Merde ! Putain ! Con !
    Le monde de Facebook est parvenu à tourner sans moi pendant 72 heures. Montre en main !

    brassai1899-1984henri-matisse1939-1399809330_b.jpegTout ça parce que j’avais publié « en commentaire » une photo de Matisse et d’un de ses modèles.
    Certes il était en train de la croquer… mais sur papier seulement.

    Et les scrogneuxgneux du grand réseau social, que les Martiens ne nous envient pas, ont poussé le sadisme jusqu'à me laisser accéder au « fil de l’actualité » à condition que je ferme ma sale grande gueule de pervers.
    Je pouvais regarder, mais à chaque tentative de clic, le message suivant apparaissait :

    « Vous avez récemment publié quelque chose qui enfreint les règlements Facebook et n’êtes plus autorisé à utiliser cette fonctionnalité pour le moment. Pour plus d’informations, visitez les pages d’aide.
    Pour éviter tout blocage à l’avenir, assurez-vous d’avoir bien lu et compris les Standards de la communauté Facebook.
    Ce blocage restera actif pendant encore 1 jour et 2 heures.
    Si vous pensez voir ceci par erreur, dites-le nous. »

    Suite à mon interdiction de publier, de « liker », d’ « adorer », de « waouwer » et de « grrrr…ogner » j’ai répondu à leur formulaire d’insatisfaction …

    Voici la réponse de FB suite à ma protestation :

    « Nous vous remercions pour vos commentaires.
    Nous avons à nouveau examiné votre photo et vous certifions qu’elle ne respecte pas nos Standards de la communauté. Nous comprenons que vous n’étiez peut-être pas au courant de l’existence des standards. Aussi, nous vous invitons à découvrir ce que vous pouvez partager sur Facebook."

    Et quels sont ces fameux « standards » ?

    « Standards de communauté (sorte de règlement intérieur) de Facebook (15 mars) : « Nous supprimons les photographies présentant des organes génitaux ou des fesses entièrement exposées. Nous limitons également certaines images de poitrines féminines si elles montrent le mamelon, mais nous autorisons toujours les photos de femmes qui défendent activement l’allaitement ou qui montrent les cicatrices post-mastectomie de leur poitrine. Nous autorisons également les photos de peintures, sculptures et autres œuvres d’art illustrant des personnages nus. »

    Moins sourcilleux sur des problèmes bien plus graves

    Robert Mueller, nommé en mai dernier par le ministère de la Justice pour faire toute la lumière sur les interférences russes durant la campagne électorale de 2016 et la possible collusion de l’équipe Trump avec le Kremlin pour salir Hillary Clinton, est à la hauteur de sa réputation : pugnace et méticuleux.
    En six mois de travail acharné et discret, Mueller a déjà réussi à établir l’extrême sophistication des interférences russes l’an passé, notamment sur les réseaux sociaux tels que Facebook où des millions de… roubles ont été dépensés en milliers de publicités mensongères. La plupart incitaient à l’exaltation des tensions raciales, quand d’autres visaient à ternir plus encore l’image de Clinton et des démocrates. Sans que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, et ses équipes de cerbères virtuels y trouvent à redire, au vu du mea-culpa tardif prononcé la semaine passée par le trentenaire au visage poupin lors d’une audition surréaliste au Congrès.

    matisse flouté.jpgComme quoi, le cul et les écus… n’ont pas le même poids dans cette Amérique cul-bénite de sa sainteté le dollar.