Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Grisaille

IMG_20170422_115031-1.jpeg


La nuit avait laissé trainer son crayon
Frissonnant
Le matin s’en est emparé
Il a ôté le bleu du ciel
L’orangé des toits
Et le rose des briques
Tremblotant
Il a hachuré le vert salade qui
poussait sur les branches
Et estompé les mots joyeux
des chansons des oiseaux
Son haleine a voilé mon cœur
d’une buée infinie
Il a regardé le papier
Puis s’est ravisé
Il a cherché la gomme
Mais le mal était fait
Il a cherché la gomme
Mais n’est pas revenu
Le vent
Complice endormi
N’a rien dit
Et sur l’étain poli du fleuve
Glisse un oiseau blanc
Seul signe de vie
Dans ce paysage
De papier sale
Infusion d’encre de chine
Qui attend la pluie
Perfusé de thé gris
Mon cœur
S’est assis
Pour attendre le soir
Pour qu’il dise à la nuit
De ranger son crayon
Avant de s’en aller
Afin que le matin
N’aie rien plus rien sous la main
Pour griffonner demain

 

 

Commentaires

  • Quel talent! Bisous

  • très beau
    ce matin sur France Inter évocation du livre "La nuit" de Michael Foessel
    Ma vision à Champosoult:
    Je hais la nuit
    Ses couloirs, ses ombres,
    Je brûle les ailes
    Des papillons maudits,
    Je nuis aux soleils sombres,
    Je crache les peaux de l’envie
    Et l’écriture aussi.
    La mer gronde sous le ciel
    Aux voiles de soie
    La pluie divine salit l’esprit,
    Flammes éteintes ,
    Incandescences de la bouche,
    Sons sans parole,
    Tais-toi.

Les commentaires sont fermés.