Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Journées grises

    13103276_979973902123413_248826931490144367_n.jpg

     

    (Photo Antonio Fogli ; Mornimont - 1974)

     

     

     

     

     

     

    J'aime les journées tristes

    Comme des regards noyés

    Où les larmes du ciel

    Troublent en s'épanchant

    Les lunettes des fenêtres

    Où le temps s'agenouille

    Pour mieux se faire prier

    Traînant son espadrille

    Gonflée de lourde pluie

     

    La pensée engourdie

    Se calfeutre de laine

    En tournant pas à pas

    Les pages d'un vieux livre

    Cherchant entre les lignes

    La lumière des mots

    Pour ouvrir un chemin

    Serpentant dans l'ennui

    J'aime ces journées grises

    Des jours ton sur ton

    Que l'esprit arquencielle

    De ses tendres crayons

    Des jours violoncelles

    Des jours aux joies pastelles

    Des jours sans hirondelle

    Pour frôler le balcon

     

     

  • Petits pays, petits esprits, grands politicards...

    1719789958_B978065244Z.1_20160309105850_000_GA56BN11F.1-0.jpg

    A gauche, les 160 m2 en question.

     

    A Tournai, les politicaillards sont en train de s'étriper à propos de l'élargissement de l'Escaut. Travaux nécessaires à l'établissement d'un parcours plus efficace entre Paris et le nord de l'Europe.

    En fait, il est question de raboter le quai Saint-Brice de 8 mètres, et ce sur une longueur de  20 m de long. Oui, vous lisez bien : 160 mètres carrés ! Une poignée de citoyens, le MR (Marghem en tête) et le CdH se battent pour 160 m2 nécessaires à une liaison européenne stratégique pour le transport propre et durable !

    Ne venez pas me dire que la Belgique est un pays surréaliste. Non, le surréalisme est essentiellement poétique. Et c'est le salir que de coller son nom à toutes les bizarreries et autres dysfonctionnements politiciens de notre pays. Et n'ajoutez pas non plus, comme à la télé,  un "plat" à "pays", sinon je risque l'AVC.

    Et pendant qu'on se bat pour quelques ares à Tournai, on apprend que d'autres petits chefs faussent le fonctionnement de l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire grâce à l'incapacité d'un haut fonctionnaire à gérer les conflits de personnes.

    Et ici, il ne s'agit pas d'un bout de terre à garer les autos, mais de la sécurité de millions d'êtres humains.

    Et qui sont les supérieurs de ce haut fonctionnaire ? Une certaine Marie-Christine-Electrabel-Marghem (qui ferait tout -et elle le fait déjà- pour redevenir mayoresse de Tournai) et un autre incertain Jan Jambon pour qui certaines fissures ne semblent pas "significatives".

    Décidément il y a des démissions qui se perdent.

    Et foutez la paix au surréalisme et au plat pays. Ils n'y sont vraiment pour rien !

  • Jambon, a tort ou a raison...

    GodZietMij920px.jpg

    Jambon.

    Il n'a peut-être pas tort ce mec.

    Sur le fond.

    Ben ouais, il y en certainement des qui "significativement" entonneraient bien le "Daeshke Leeuw" après chaque attentat réussi.

    Notez que dans l'autre camp, il doit y avoir aussi une majorité significative de "gentils" qui danseraient une belle gigue du ventre et remettraient bien la peine de mort et le lynchage au goût du jour après chaque capture de terroristes.

    Mais aucun parti démocratique ne s'est servi de cette possibilité d'une haine pour stigmatiser cette autre frange significative de la population.

    D'un côté comme de l'autre, allez une fois prouver ça !

     

    Il n'a pas tort parce qu'il évoque un "état de fait". Et on ne doit pas prouver un état de fait. Il dit tout haut ce que qu'il pense que certains imaginent tout bas.

    Qui peut prouver qu'une fraction significative de Belges de religion musulmane n'ont pas pensé que les attentats c'était bien fait pour la gueule des autres Belges ? Quitte, dans un deuxième temps à se rendre compte que des leurs y avaient aussi perdu la vie ?

    Et dans l'autre camp, allez prouver que de bons Belges n'ont pas esquissé un sourire en apprenant que des musulmans aussi avaient perdu la vie à Maelbeek-Maalbeek ?

     

    Sur la forme, aussi.

    Cette vieille technique des "deux pas en avant-un pas en arrière", tout en sachant que les traces des deux premiers pas resteront inscrites à jamais au marquoir.

    Vous placez bien en évidence une petite phrase assassine dans un contexte bidon, juste pour que des tripote-caca l'en sortent fielleusement.

    Triple bingo : un au parlage plus un au citage plus un au rectifiage.

    Genre : ne faite pas dire à ce que j'ai semblé vouloir exprimer que c'était ce que j'aurais pu avoir voulu signifier. Pour ses aficionados, c'est comme s'il avait dit trois fois plus fort ce qu'il s'attendaient à réentendre...

     

    Mais suffit-il de ne pas avoir tort pour avoir nécessairement raison ? Cela dépend évidemment sur quelle échelle de valeurs on se place.

     

    Raisonnons donc ! Ou, plutôt, résonnons ! Car c'est bien de caisse de résonance qu'il s'agit. Pour les radicalistes couleur N-VA (appelons un chat un chat) on vit de discours musclés et de postures outrancières. Lancez drapeaux, résonnez tambours !

    Faire l'étonné, c'est pratiquer l'angélisme que ces mêmes reprochent aux démocrates en matière d'intégration ratée.

     

    On savait depuis la constitution de cette "suédoise" (à laquelle je préfère toujours mon appellation contrôlée "Vlaamse Bleeuw") (1) que placer un ministre N-VA à l'Intérieur entraînerait fatalement ce genre de dérive.

    Et les sondages qui montrent  le redressement du Vlaams Belang (ex-Blok) ne vont pas calmer la bande à De Wever.

     

    Jambon a ses raisons que la raison ne peut restreindre. Et n'a aucune envie d'avoir le tort de s'en priver.

    Une journaliste politique notait que... "tant qu'il (Jambon) est couvert par le premier ministre, le gouvernement ne risque rien".

    Et si c'était simplement : "Le premier ministre ne risque rien tant qu'il laisse tout passer à Jan Jambon." ? Nuance... Et pendant ce temps, on oublie Panama et ses papers gras qui font tache.

     

    (1) Le "bleeuw rappelant la composante MR)

  • Namur

    Novelles di Nâmeûr :

    P1070426.jpg

    - Non, ce n'est pas la création d'un casse-vitesse pour péniches ! Un comble à Namur !

    Les travaux de construction d'un chemin pour piétons et cyclistes, en encorbellement,
    sous le pont des Ardennes ont commencé.
    Leur but est de sécuriser la liaison Grands Malades-Sambre par le halage .
    Liaison interrompue par la bretelle-autos sous le pont.
    D'après les ouvriers, il y en aurait pour cinq mois. De travaux, hein, pas de trajet !

     

    P1130767.jpg

    - Le nouveau ministre de la Mobilité a rendu visite à son prédécesseur à la prison de Namur.

     

     

     

     

    - La tortue de Jan Fabre est retenue prisonnière à la P1070432.jpgcitadelle par des barrières Nadar. Cette protection disgracieuse fout tout le rêve su s'cul ! P.S. : Il est interdit de jeter des salades !

     

     

    P1070486.jpg

    - Saturday Nâmeûr Fîveûr ! Une péniche qui en dit long sur la vigueûr de la confluence !

  • nouveaux bonzommes !

    Pour les voir tous, cliquer sur : http://commecaenpassant.blogs.lalibre.be/album/bonshommes/

     

    bonhomme Meuse jpeg.jpg

    Bonhomme Meuse (15 avril 2016)

     

    bonhomme lune rousse jpeg.jpg

  • Voluptulentueusement

    P1130770.jpg

    A l'est le viaduc se beez pour brouter la brume.
    A l'ouest le pont tout en ronds de jambe enjambe
    son amante dormeuse.
    Au sud, des cygnes muets communiquent par de blancs gestes vaporeux.
    Au nord, chez Spar, Madame Berthe s'est acheté une boîte de pilchards pour deux. "Ah la la ! On ne sait plus quoi faire pour dîner !".
    Sur la péniche Corona del Rio de Landelies (à vendre), les mariniers retraités brossent la pluie de la nuit.
    Un joggueur tout en rougeurs traîne sa sueur pour oublier un samedi soir
    arrosé.
    Il est dimanche, Namur s'étire.

    Voluptulentueusement.

  • Panama, l'île vierge des Belges qui ne le sont plus.

    newspaper-sellier-bicolore-lin-piment.jpg

    Une photo dans "Victoire", le supplément "luxe" du quotidien Le Soir.

    Le sac Delvaux "Newspaper bag" à 2.400 et des euros.

    Je me demande d'abord qui peut se payer une fantaisie qui équivaut, pour certains, à deux mois de pension.

    Puis je m'dis que "ces (pauvres) gens-là" ne lisent pas Victoire.

    Bon . Mais je m'dis aussi qu'une journaliste a été payée un salaire de misère pour choisir cette photo, et donc dire aux lecteurs que ce genre de "truc branchouillé pwète pwète" (qu'elle ne pourrait peut-être pas se payer elle-même) existe. D'accord c'est belge, ça fait vivre des artisans, et c'est de meilleur goût que le plus chié des Louis-Vuitton. Mais la question n'est pas là.

    Redonc, cette photo ne va pas être vue que par des gens qui peuvent se payer la babiole. Ceux-là d'ailleurs qui pourraient s'en payer des douzaines. De quoi écœurer les pieds de leur nordmann de Noël.

    Mais la photo va surtout être vue par des gens "qui voudraient bien avoir l'air" mais qui n'en ont pas vraiment les moyens. Des gens qui sont prêts à sacrifier une partie de leur budget pour s'offrir l'objet culte qui leur permettra de "faire comme". Pire, le cas échéant, des gens prêts à beaucoup pour se le faire offrir.

    J'ai entendu beaucoup de journalistes justifier l'info qu'ils faisaient passer par l'excuse "bateau" : "Mais c'est pour faire rêver les gens !".

    Les mêmes qui sont capables de publier quatre pages de reportage sur Madagascar sans évoquer une seule fois le désespoir et la misère des habitants, ainsi que  l'insécurité qui en découle pour les touristes ! Passons.

    Faire rêver ! Pauvres gens dont le seul rêve consiste à essayer de ressembler à ceux qui ont du pognon. Et qui ne prendrons donc jamais les armes pour aller manifester sous leurs fenêtres...

    Mais revenons-en aux vrais. A ceux qui achètent d'un coup trois Delvaux en free tax comme d'autres économisent pour s'offrir un Kipling.

    Ceux qui ont une ou deux offshores aux Îles Vierges ou à Panama. Ceux qui tirent leur épingle du vulgaire jeu appelé "Survivre en Belgique". Ces véritables inciviques qui râlent parce que les amortisseurs de leur Jag souffrent des nids de poules wallons alors qu'ils participent le moins possible à l'entretien de nos routes. Ceux-là mêmes qui pestent contre la qualité de l'enseignement, des hôpitaux, ... alors qu'ils privent l'administration de rentrées indispensables.

    Mais bon (encore) dans ce petit monde du luxe les fournisseurs et les consommateurs se tiennent de près. Les bénéfices des uns doivent être protégés par les mêmes conseillers fiscaux que les fraudes des autres.

    Les Panama Papers poussés par des "vents favorables" auront beau atterrir sur les tables des rédactions volontaristes, tant que la justice pénale sera financièrement (ou politiquement) démunie face à ce système, les vrais possédants n'auront que peu de mouron à se faire. Ces derniers participant d'ailleurs activement au manque de moyens attribués à l'appareil judiciaire. Les braconniers ne rétribuent pas les gardes- chasse.

    A oui, à propos, les deux labos wallons qui effectuent les tests ADN pour le parquet vont mettre la clé sous le paillasson. Motif : les retards de payement du ministère de la Justice !

    Djihadistes wallons, oyez ! Plus la peine de mettre des gants en fabriquant vos ceintures. Mais bon, quand même, ne planquez pas vos bombes dans des sacs Delvaux non plus. Vous pourriez vous faire contrôler par la brigade financière !

    Et là, c'est l'ordre de quitter le territoire et  l'exil garanti au Lichtenstein. Tremblez donc !