Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Le poids des mots

    Le poids des mots.

    images.jpg


    "Nous, on veut bien reconnaître que nos ancêtres ont massacré 1.500.000 et des Arméniens, mais de là à parler de génocide, faut pas pousser Atatürk dans les loukoums ! La preuve, quand c'est arrivé, le mot génocide n'existait pas encore ! Nè !".

    J'y repensais en entendant que la droite française avait rebaptisé l'UMP en "Les républicains" pour faire plus propre. Un flagrant délit de blanchiment de signifiant.

    Comme nos chers "calotins" qui, en leur temps ont dynamité le "chrétien" de PSC (Parti Social Chrétien) pour changer le papier d'emballage et devenir le Centre Démocrate Humaniste. Cachez ces saints que je ne saurais voir.

    Les mots "séparatisme" ou "indépendantiste" vous dérangent ! Casse Lasne Etienne, voici le confédéralisme sauce N-VA "La Williams", plus digeste et moins écœurant. Mais qui vous laissera ka min-me un bon ulcère sur l'estomac.

    De même, les vieux deviennent des aînés, les aveugles des malvoyants, et les impuissants ? Ben des malbandants tiens !

    Allez,  l'hypocrisie ne risque pas de devenir une maladie chevaline et les Cillit Big Bang Bang de la sémantique auront toujours raison des mots qui font tache !

    Ceci dit, Ecolo reste Ecolo. En vert et contre tout.

  • Deux nouveaux bonzommes

    bonhomme musée d'Ixelles -Gao Xingjian JEPG.jpg

    Bonhomme musée d'Ixelles

     

    Bonhomme Namur JPEG.jpg

    Bonhomme Namur : avec Rops, Jan Fabre et Robbrechts.

  • Petits papiers

    A côté du clavier, dans le fond d'une poche, à côté de l'évier de la salle d'eau, sur le programme télé, dans la marge des mots croisés, sur les post-it de l'auto...

    Mes petits papiers se baladent ou s'accumulent.

    Idées qu'on croit lumineuses, pensées qu'on croit universelles, tout est bon à noter.

    Les voici en vrac dans cette "rubrique-à-brac". (Merci Pilote !)

    arton401.jpg


    Le permis de médire est un permis à poings.

    La silicose frappe toujours deux fois : en entrant et, surtout, en sortant.

    Alco-test : Après quatre "tangos" on devient "sirop-positif".

    Les 72 vierges de l'islam sont-elles chiites ou sunnites ?

    Partir à la recherche de l'endroit où l'on se sent quelqu'un. Y revenir, sentir s'y enfoncer l'empreinte de ses pas.

    Il y a de moins en moins de prêtres et beaucoup trop de dieu.

    Comment parler de poésie dans une société où le rêve le plus fou de la plupart des gens est de gagner à Euromillions...

    Les choses à faire ont juste besoin du temps nécessaire à être bien faites.

    Si je dis : "Mahomet est un pédé, !", est-ce une insulte pour les gays catholiques ?

    L'impatience est une maladie anachronique.

    La timidité est une extra-aversion.

    Son visage est une palissade où les les affiches des tragédies de la vie ont laissé leurs traces de colle.

    La foi, c'est comme de la médecine post-mortem.

    Ne réveillez pas le poète qui est en vous, il pourrait vous enfolir la vie, et je ne suis pas sûr que vous pourriez le supporter.

    Y a pas de quoi faire turgescer les e-Mâles !

    Régime : manger beaucoup ? Lire beaucoup ? Non, goûter de tout.

    Dieu n'a jamais rien dit devant la foule. Soit, il s'adresse au subconscient d'un prophète, soit il parle par l'intermédiaire de ventriloques déguisés en femmes.



  • Bonhomme Cotentin

    Avec la complicité du port et de la plage de Barneville-Carteret et de la cathédrale de Coutances.

    Bonhomme Cotentin JPEG.jpg

  • Ne dites pas "disez", disez "dites" !

    Les vilains mots

    P1020980.jpg


    "Il est des mots qu'on peut penser, hé, hé.
    Mais à n'pas dire en société, hé, hé." (Polnareff)

    Hier, à la télé, zyeux dans zyeux, le premier ministre Michel a dit, à propos de sa ministre MR Marie-Christine Marghem : "Elle n'a pas menti !"

    Non, si on veut. Elle a simplement présenté aux députés un texte émanant d'un cabinet de juristes privé en affirmant qu'il était de sa main. Elle n'a "pas dit la vérité" mais selon Michel : "Elle n'a pas menti !".
    Elle a caché (pardon, "omis de montrer") aux députés un avis défavorable du Conseil d'Etat, mais elle n'a pas "menti".
    Comme l'intéressé qui disait avant les élections : "Jamais avec la NVA !" et qui gouverne avec depuis plusieurs mois. Ce n'était pas un "mensonge", mais une "erreur d'appréciation".
    Mensonge. Cachez ce mot que la raison (électoraliste) d'état ne saurait voir.
    De toute les maladies en "-ite", l'hypocrite est la plus répandue en politique. (1)
    Et la parole donnée est souvent la nourriture de prédilection de certains élus.
    Le mensonge ferait-il partie des mots bleus ? Ceux sur lesquels ont joue pour se sauver la face.
    Serge Kubla n'a pas servi d'intermédiaire pour verser des "pots de vin" à l'épouse d'un dignitaire congolais : il a "versé une avance pour rendre service".
    Jacqueline Galland n'a pas "exercé de chantage" sur le patron d'un élu socialiste qui pouvait nuire à sa bourgmestre de sœur", elle lui a "simplement téléphoné pour raison professionnelle".
    Armand De Decker n'est pas intervenu pour "corrompre des agents publics étrangers", il a simplement "perçu 500.000 € d'honoraires d'avocat"  pour un travail de conseil.
    Ce n'est pas pour rien qu'aucune des trois religions monothéistes ne considère le mensonge comme péché mortel. Sinon, leurs paradis seraient aussi fréquentés que le Sahara.
    Et le mot de la fin ? Génocide, œuf corse !
    Certain homme politique bruxellois et socialiste veut bien admettre que "les Turcs ont éliminé plus d'un million et demi d'Arméniens (77% de la population arménienne de Turquie)", mais il ne s'agit pas d'un "génocide". Juste "un fait de guerre".
    Hé les gars (et les garces), quand on ne met pas les points sur les "i", on finit toujours par se les foutre sur la gueule.
    Trop tard, c'est fait !
     

    (1) En revanche, le diabète est méchant.

  • Crise de foi et stylo à bile

    Si l'on ne peut pas se moquer des malades mentaux, il est normal qu'il soit interdit de se moquer des intégristes.

    DownloadedFile.jpeg



    Dans une étude menée par L.F. Richardson (Collected Papers, Cambridge University Press, 1998), portant sur plus de 3154 guerres, analysées sur une période de 150 ans, aucune cause déterminante des conflits n'a pu être dégagée.
    Ni les barrières linguistiques, ni les différences ethniques, ni les indicateurs économiques n'ont pu être établis comme lien probant avec l'apparition des conflits armés.
    " Le seul facteur ayant une connotation détectable avec la guerre est la religion. Dans l'ensemble des données analysées, les nations qui diffèrent par leur religion sont celles qui entrent le plus souvent en conflit."
    Tant que les croyants seront persuadés de la supériorité que le confère leur dieu aucune paix ne sera possible.

    Une anecdote en passant.
    Chez Delhaize, mon épouse, rencontre une ancienne voisine.
    La cinquantaine, élevée par un père et une mère hyperactifs dans la paroisse.
    Elle termine l'échange de banalités de circonstance par un "A la grâce de Dieu !".
    Auquel ma femme répond par un : "Oh ! Celui-là, encore faudrait-il qu'il existe !".
    La voisine horrifio-livide : "Comment ! Tu n'es pas croyante ! Alors, tu pourrais me tuer. Là tout de suite. Et ça ne te ferait rien ! Ma pauvre, je te plains..." (sic).
    Et elle a tourné les talons, comme l'étalon devant une jument lesbienne.
    (Oui, c'est osé, mais je n'allais quand même pas écrire "Comme si elle avait vu le diable", puisque Satan, elle le voit déjà partout. (Non je n'ai pas dit "partouze" !) .
    Depuis,  chaque fois qu'elle aperçoit la mère de mes enfants, elle prend la tangente en regardant ailleurs.
    Et oui, cela existe.

    « Les trois monothéismes, animés par une même pulsion de mort généalogique, partagent une série de mépris identiques : haine de la raison et de l'intelligence ; haine de la liberté ; haine de tous les livres au nom d'un seul ; haine de la vie ; haine de la sexualité, des femmes et du plaisir ; haine du féminin ; haine des corps, des désirs, des pulsions.
    En lieu et place de tout cela, judaïsme, christianisme et islam défendent : la foi et la croyance, l'obéissance et la soumission, le goût de la mort et la passion de l'au-delà, l'ange asexué et la chasteté, la virginité et la fidélité monogamique, l'épouse et la mère, l'âme et l'esprit. Autant dire la vie crucifiée et le néant célébré... » (1)

    Dans ce "Traité d'athéologie", Michel Onfray va même jusqu'à prôner un athéisme militant. Il y descend en flammes l'agnosticisme.
    Faut-il vraiment que les athées deviennent les djiadistes de la raison ?

    Il est un amalgame premier : croyant et religieux.
    Qu'un agnostique admette en toute humilité ne pas être en possession de tous les éléments lui permettant de croire en l'existence d'une puissance suprême et originelle, soit.
    Mais que l'on fusionne cette énergie, qui aurait créé tout ce qui était nécessaire au déclenchement du "Big Bang", à un quelconque dieu unique, être parfait et (ir)responsable de toute l'évolution qui a suivi, il y a le fossé entre "foi pure" et religion.
    Ce qui fait qu'il y a donc deux types de croyants et autant d'agnostiques.
    Un catholique qui doute ne serait pas un agnostique premier.

    Si l'affaire Charlie pouvait seulement avoir donné aux croyants une seule petite occasion de réfléchir sur leur religion...

    Combien de chrétiens savent qu'ils étaient juifs avant l'arrivée de Jésus ?
    Combien de musulmans savent que lorsqu'ils vont prier à la mosquée des Omeyades à Damas ils se prosternent devant la relique de la tête de Jean le Baptiste, cousin de Jésus, icône des croisés ?
    Combien de juifs admettent que leur dieu est un dieu de colère dont le christianisme a adouci les traits ?

    La plupart des habitants de cette planète en danger(s) humain et climatique devraient réfléchir à leur religiosité avant de s'affirmer dans un camp ou dans un autre.

    Si l'on ne croit pas à la transubtantiation, au fait que le pain et le vin deviennent "matériellement" le corps du Christ lors de la consécration.
    Si l'on ne croit pas non plus à la résurrection "matérielle" des corps après un ultime jugement. Si l'on ne croit pas fermement à ces "deux" piliers, alors, circulez y a rien à croire.

    Quelle différence entre croire qu'un évêque, son ramoneur, sa hotte et son âne puissent pénétrer pas la cheminée d'un appartement chauffé à l'énergie solaire pour déposer des jouets dans de petits souliers, et croire que du pain et du vin se transforment en chair et en sang chaque matin dans toutes les églises du monde ?
    Si vous dites que vous croyez à la première proposition et que vous avez plus de douze ans, on vous envoie chez un psy. Quant à la seconde, interdit de s'en moquer. Au nom de quoi ?

    Mais comment s'attaquer à ses pratiques irrationnelles sans blesser les personnes, parfois fort aimables et admirables, qui s'y adonnent ?
    Comment entretenir une relation honnête et durable avec une personne qui croit en ces "choses surnaturelles" et qui, dans le même temps, condamne l'homosexualité au nom du "contre-nature" ? Comment faire confiance à un scientifique qui communie ? A un médecin qui vous dit qu'une petit prière ne vous ferait pas de tort de temps en temps (sic) ?

    Oui, comment ?

    (1)  Michel Onfray, extrait du Traité d'athéologie, 2005, Grasset.

  • Bonhomme fougères

    Fruit de l'après-midi d'un faune.

    bonhomme fougères jpeg.jpg

  • Emoticônes et emojis

    220px-Smiley.svg.png

    Les émotions sont à la fois le sel et le sucre de la vie.

    Je ne parle pas ici des sensations fortes artificiellement provoquées par les actionnaires des parcs d'attractions ou les petits propriétaires des bons vieux métiers forains.

    Sont ici visés "les p'tits trucs qui nous r'muent" et sur lesquels il est souvent malaisé de mettre des mots. Sous peine de se montrer lourd ou insistant. 

    Si ce sont (quelle allitération !) les "foules sentimentales" qui font que nous vivons de plus en plus en "émocratie" - les succès "irrationnels"  des certains "condidats" aux élections  sont là pour en attester - plus intimement, ce sont ces "p'tits trucs qui nous r'muent" qui font que l'on tient plus ou moins à la vie.

    Mais comment les exprimer ?

    Dans ce registre les "smileys", ces tronches de cake qui rigolent ou qui tirent la gueule ont bien vécu. 

    La première apparition du visage rond formé d’un sourire en arc de cercle et de deux points pour les yeux fut enregistrée dans le "New York Herald Tribune" en 1963.

    Reste que Harvey Ball, (dit "peau d'ball") son inventeur,  n’a jamais essayé de se servir, de promouvoir ou de protéger son "smiley" originel et que celui-ci est tombé dans le domaine public avant qu’une procédure de protection de l’image ait pu être entreprise. Ball n’a donc jamais profité financièrement de l’image à l’exception de sa paye initiale de 45 $.

    Je me souviens que dans les années '70 la petite bouille jaune était l'emblème de "Hertz Rent a Car". Déjà une icône.

    Aujourd'hui, on parle plutôt des "émoticônes" (ouais, parfois aussi tout simplement émoti-cones). Cet alphabet du cœur créé par Apple en 2011 spécialement pour son iPhone.

    Curieusement, les Japonais parlent, eux, d'emoji. C'est en effet un opérateur téléphonique nippon, graphiquement influencé par les mangas, qui en a eu l'idée dès 1999.

    Nous sommes donc loin des :-)   ;-)  8-D  :O( et autres :=/ des nos premiers SMS (1). Loin aussi de nos LOL, MDR et ASTLCAM ! 

    Résultat, l'emoji "Happy face" est le plus utilisé sur la planète (44,8 %). Vous avez dit : Morosité ? Et le "cœur" a été échangé un milliard de fois dans le monde en 2014 (foules sentimentales, on le disait).

    Bonne nouvelle ? Selon certains linguistes il paraitrait que ces petits symboles graphiques enrichiraient le langage… Permettez-moi d'en douter.

    Les gens qui avaient déjà du mal à trouver les mots pour taper autre chose qu'un "J'aime" ne pourront même plus dire "Je l'ai sur le bout de la langue." 

    Déjà, en dehors des réseaux sociaux, en dehors des mails virtuels, en face à face, en cœur à cœur et zyeux dans zyeux, certains ne savent déjà plus quoi se dire.

    Hé ! Maman ! Comment dit-on "Je t'aime et je voudrais vieillir avec toi ?", rien qu'avec des mots ?

     

    (1) http://chezbluejo.chez.com/trucs/smiley.html

     
  • Népal

    Nouvelle secousse au Népal : B-SLOW se prépare.

  • Bonhomme acrylique

    Ajouté à l'album. Au départ d'une toile en chantier...

    Bonhomme acrylique JPEG.jpg