Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Brèves

     

     

    L'après 11 septembre n'aura jamais été qu'un "avant 7 janvier".

    Un pervers a été libéré pour "vice" de forme.

    Le compost de notre intolérance est le terreau des djihadistes.

    La télé sort souvent des gens de l'ombre pour les envoyer dans la merde.

    J'ai eu parfois la chance de me trouver en tête à tête avec des stars, mais c'était au Père Lachaise.

    La N-VA déclare : "A Anvers, nous ne craignons pas le "blacks out" !"

    Charlie Abdos, l'hebdomadaire musclé.

  • Les couilles et la Jup !

    cabe0012.jpgLes responsables du "tifo" assassin du Stôdârd seront rudement sanctionnés. Lors du prochain match à domicile, ils seront privés de Jupiler.
    Bouclés dans les business seats et à la chaudfontaine !
    Il faut oser l'amalgame "Jupiler-supporters ultras", cette masse hurlante qui à force de bières ne sait plus très bien pourquoi. On le sait, l'excès d'alcool et le fanatisme  altèrent les facultés mentales.
    Jupiler League. Pub ciblée, avant-match, mi-temps, troisième mi-temps, "La tribune" du lundi, les Champions League devant la télé… La marque au taureau cabré est partout.
    Taureau ? C'est vite oublier que Jupiler vient de Piedboeuf. Boeuf, vous connaissez ?
    Le taureau châtré ! Mais ça, ces supporters-là ne le comprendraient pas.
    "Jupiler, une bière d'hommes !". Les couilles sous la Jup.  Tu parles d'une virilité !
    Et si on essayait quelques matches à l'eau ? En mesurant les décibels.  Juste pour voir.

  • Double espresso

    th-3.jpg"Je suis Charlot"



    La religion est l'opium du peuple. Et les dealers sont connus. Mais que fait la police ?

    Younès, le "plus jeune djihadiste" était en 6e primaire à l'école fondamentale  n°9 à Molenbeek. Et après, on s'étonne !

    Oxfam annonce que 1% de la population possédait 48% de la richesse mondiale en 2014.
    Et dire que ça fait au moins 2015 ans que ça dure.

    Pas facile de blesser les athées, ils n'ont pas de prophète.

    Si je traite Mahomet de pédé, j'insulte qui là ?

  • J'ai été Charlie...

    Je suis sur Facebook, mais je n'y vais jamais.
    Je suis pour la démocratie mais je vais voter parce qu'il faut bien.
    Je serais bien allé manifester dimanche, mais il y avait déjà assez de monde sans moi.
    Je suis croyant, mais je ne pratique pas. Mais je serai "enterré à l'église", on ne sait jamais.
    Je mangerais bien "bio" mais est-ce du vrai "bio" ? Et une fois que c'est cuit, on ne voit pas de différence.
    Je vais à la messe de temps en temps. Aux mariages et aux enterrements. Et j'y communie.
    La transsubstantiation, non, je ne vois pas ce que vous voulez dire …
    A quoi ça sert de s'intéresser à la politique, c'est tous les mêmes.
    Je trouve que le suffrage universel devrait être plus sélectif. Comme le tri.
    A quoi ça sert de lire un journal, puisque que j'ai le JT d'RTL deux fois par jour et les infos sur Nostalgie.
    Je suis pour les droits de l'homme de certains hommes.
    J'achèterais bien chez les petits producteurs, mais on trouve aussi bien chez Delhaize. Et puis il y a le scanning, le parking, le standing.
    Je remarque d'ailleurs que chez Aldi, on voit moins de pauvres qu'avant.
    Je roulerais bien dans une plus petite voiture, mais je ne m'y sens pas en sécurité. Et puis, le réchauffement climatique, et les gaz à effet de serre, est-ce bien sérieux ?
    Fukushima ? Oui, bien sûr, mais Tihange n'est pas au bord de la mer !
    J'allais en vacances en Tunisie du temps de Ben Ali, mais maintenant le pays est moins sûr.
    Je donnerais bien à "Médecins sans frontières" si j'étais certain de savoir où va vraiment mon argent.
    Je donnerais bien à la "Fondation contre le cancer", mais je n'ai pas le cancer.
    Je ne suis pas raciste, mais il faut avouer que tout serait mieux s'ils acceptaient de vivre comme nous.
    Je ne m'abonnerai pas à Charlie-Hebdo. Parce que j'ai des choses plus importantes à lire. Et puis, c'est très français ce truc.
    Je suis belge mais faut bien dire que je me sentirais encore plus belge sans les Flamands.
    Je n'ai pas cherché à acheter Charlie-Hebdo mercredi parce que de toutes façons il n'y en avait plus à onze heures.
    Mais le week-end passé, j'ai été Charlie.
    Faut bien vivre avec son temps quand même.
    Allez, le week-end prochain arrive. Enfin un vrai week-end. Avec du foot !

  • DAESH

    Parfois des bouts d'images, un pot de colle et des ciseaux...

    Parfois des bouts de mots...

    Parfois la colère...

    Parfois l'espoir...

    Daesh.jpg

    Collage Jacques Maget

     

  • Le statut de la liberté

    images-1.jpeg

    Si le rire est une arme, faut pas s'étonner que des cons se croient en perpétuel état de légitime défense.

    Rire de tous ? Peut-on ?
    Rire de tout ? Doit-on ?
    Et faire rire de tout ? Et faire se moquer de tous ?
    Oui, à condition que nous faisions partie du tout et de tous.
    Mais rien n'empêche ceux que cela dérange de rire, à leur tour, et de faire rire aussi aux dépens de ceux qui se moquent de tout et de tous. De nous.
    Mais chez ces gens-là, on ne rit pas Monsieur, on flingue. Hélas.

    Dans les années '70, j'avais posé une devinette à un ami, au demeurant croyant mais sage, ex-journaliste au "Pourquoi-Pas ?" et père d'un de nos grands écrivains-philosophes contemporains : " Tu sais ce qu'a dit le soldat romain à Jésus le vendredi saint ? Hé ! Toi ! Ton week-end, tu peux faire une croix dessus ! "
    L'ami avait souri, puis m'avait dit : " Ne raconte pas cela devant n'importe qui. Il y a encore des gens qui ne peuvent pas comprendre… "
    C'était il y aura bientôt cinquante ans.

    Ce qui est arrivé à Charlie Hebdo est paradoxal.
    La plupart de ceux qui pleurent ou s'indignent aujourd'hui ne le lisaient pas. Il n'en avaient que les échos des clashes. Charlie, c'est comme la statue de la liberté dans le temple du capitalisme. Pas touche au symbole. Même si c'est surtout là-bas celui de la liberté d'entreprendre.
    Cela dit, le journal satyrique, dont le lectorat, la diffusion et le nombre d'abonnés devenaient critiques, avait, en novembre 2014, lancé un appel au secours. Ils tiraient en même temps la barbe du prophète et le diable par la queue.
    Où étions-nous tous ce jour-là nous qui manifestons aujourd'hui et qui "soutenions" moralement l'esprit Charlie sans sortir les 2,50 € de notre poche amidonnée ?
    Nous étions la forêt et nous nous abritions derrière quelques arbres dont on fait les crayons. Nous, rigolant dans la tranchée de la résistance. Eux sur le parapet, crayonette au canon. Rigolards et insolents malgré les flics qui les "protégeaient".
    Dans une France traditionaliste, républicaine et laïque, mais aussi religieusement imprégnée d'intolérance sans être catholiquement pratiquante, Charlie est le sale gamin qui se cure le nez et balance ses boulettes tous azimuts. Charlie se bat simplement contre la bêtise bien-pensante et conformiste en utilisant l'arme blanche de l'humour noir. En fait, Charlie dérange -beaucoup de monde- par procuration en donnant de la voix à ceux qu'on n'écoute pas. Parce qu'ils n'osent pas le dire où n'en ont pas le talent.
    Charlie est la république. Charlie n'est pas la France.
    En attaquant Charlie, la barbarie s'en est prise à la république. Et tout à coup, c'est la France qui a peur dans ses profondeurs. Il en est qui n'attendaient que ça pour laisser leur haine ignorante et amalgamante s'exprimer. Oubliant que Charlie se bat contre "tous" les intégrismes. Le leur y compris.
    L'horreur, réelle ou de circonstance, exprimée par tous les politiques fait réfléchir.
    Mais la récupération est toujours là pour sauter en marche dans le train de l'horreur.
    Et un certain ex-président en profite pour une opération "blanchiment de casseroles", lui-même qui avait puisé dans le bestiaire répulsif idéologique du FN pour tenter de se faire réélire.
    En Belgique, même De Wever est pris la main dans le tweet en bavassant sur la liberté d'expression.
    Si les assassins d'hier pensaient participer à une épuration de l'esprit critique, ils auront tout juste commis l'horreur d'un rigolocauste, terme que, je l'espère,  n'auraient pas désavoué ceux à qui ils ont cru ôter la voix.
    Mais si aujourd'hui nous sommes tous des Charlie choqués et unis sous la bannière des Lumières, interculturellement fusionnés contre la bêtise de certains représentants de l'espèce humaine, n'oublions pas que rien n'est jamais gagné.
    Que la démocratie ne se résume pas à l'élection de représentants politiques. Et que nos libertés ne sont pas viables sans une armée de journalistes libres d'enquêter et de s'exprimer. D'exprimer ce que nous sommes parfois incapables de dire, par manque d'informations et de temps.
    Le premier geste citoyen ne serait-il pas tout simplement d'acheter un journal. Acheter, c'est choisir de ne pas se laisser gaver. Parce que c'est l'heure. Parce que c'est gratuit.
    Longue vie à la presse.


  • Melchior, Balthazar, Tom&Co

    th.jpg

    - Allo ! La pâtisserie "Les délices d'Insuline", bonjour !
    - Bonjour Madame, est-ce que par hasard vous n'auriez pas des galettes des rois pour une personne ?
    - Avec une fève ?
    - Ben oui, comme je suis seule, et que je n'ai plus beaucoup d'appétit, voyez vous.
    L'année passée j'avais pris une galette pour six personnes, et je n'ai trouvé la fève que le 13 janvier. Et tous les jours je regardais la couronne sur le buffet. C'était un peu triste n'est-ce pas.
    - Mais avec une seule fève, vous êtes sûre d'être reine à chaque coup !
    - Ben oui. Mais je pourrais manger une moitié à midi et laisser l'autre pour le soir, pour le suspense...
    - Et si vous tombez sur la fève à midi ?
    - Ben alors, je mangerai le reste au soir avec déjà ma couronne sur la tête. Ça fera encore un peu fête ainsi, vous ne croyez pas ?
    - Je voudrais bien vous aider, mais une galette, c'est une galette. On ne fait pas plus petit, vous comprenez.
    - Ah ! (Silence)... Bon, ... (Re-silence. La pâtissière, n'entend plus que l'entrechoquement du téléphone contre la branche des lunettes) ...
    - Allo ! Vous êtes toujours là ?
    - Ben oui, où voulez-vous que j'aille ?
    - Ce que je peux vous faire, c'est une petite frangipane et mettre une fève dedans...
    - Oui mais je vais voir le trou alors... Et je saurai où elle est. Et puis ce n'est pas tout à fait la même chose. Il n'y aura pas de pâte feuilletée au-dessus, voyez vous. Et puis, ça je peux le faire moi-même avec des frangipanes Lotus et un haricot sec. J'en ai toujours un paquet pour quand la voisine revient avec mes commissions... Elle est gentille ma voisine... Elle a un chienwawa. Chez Tomèco, elle a acheté une galette des reines "maîtresse-chien", mais elle se demande s'ils mettent vraiment une fève dedans. Parce qu'un chien, ça bouffe tout sans mâcher, et alors elle ne peut vraiment pas savoir si c'est lui qui a vraiment eu la fève ou s'il n'y en avait pas du tout. Vous savez, avec ces magasins-là, c'est pas comme chez vous... ils sont capables de tout... Et elle ne va pas aller farfouiller avec son gant en plastique au square dans le petit caca du matin pour voir si son chienwawa a bien droit à la couronne... parce que ils ne font pas les mêmes couronnes pour toutes les races, voyez-vous ...
    - Ils ne vont quand même pas mettre une puce GPS dans la fève pour suivre le trajet sur sa tablette !
    - Une tablette, quelle tablette... une tablette de quoi ?
    - Bon, j'ai dix personnes qui attendent, moi ! Et si vous faisiez comme notre reine Fabiola ! Sauter une année ?
    - Ben ça alors elle a raccroché. Hi ! Hi ! Six minutes top chrono. Elles raccrochent tous les ans... Mais le coup de tante Fafa, fallait oser. Je lui donne un huit.

    Allez encore une adresse à barrer dans les pages jaunes du bottin. De toutes façons j'ai jamais pu avaler ces galettes.
    C'est sec comme tout. Et ça colle à mon dentier. Et puis il me reste toujours une demi-bûche de Noël 2013 au surgélateur. Ah ! ils croient que les vieux ne savent pas s'amuser tout seuls ! Moi, ma playstation, c'est le bottin et mon vieux téléphone à fil... Et mon petit doigt de porto...

    - Allo ! La pâtisserie "Au baba gourmand", bonjour ! ...
    - Bonjour Mademoiselle, est-ce que vous ne feriez pas des ....

  • Bonne sat(année) !

     

    B28sf4pIcAAt41B.png

    Soit-(mé)disant.



    Aux flics new yorkais, soi-disant défenseurs de tous, qui continuent à boire leur scotch "Black & White" dans deux verres séparés.

    Aux islamistes, sionistes, christianistes qui se croient les meilleurs parce qu'un soi-disant dieu les aurait choisis.

    À toutes les gens de mauvaise foi qui croient qu'il suffit de commencer une phrase par "Ma foi !" pour sortir une soi-disant vérité.

    À ces Wallons soi-disant écologistes qui n'ont plus voté ECOLO parce que leurs panneaux photovoltaïques ont rapporté moins de sous que prévu.

    À la presse française, soi-disant éclairée, de gauche comme de droite, qui aura fait une pub monstrueuse au bouquin de Zemmour sans l'avoir lu entièrement.

    À ces soi-disant citoyens qui s'offusquent des 300.000 € qu'a coûté  "The Passenger" d'Arne Quinze, pour Mons 2015, mais qui ne disent rien quand Eden Hazard gagne 1.400.000 € par mois.

    À ces soi-disant Belges unitaristes qui confondent drapeau belge et maillot diablement rouge.

    À ce soi-disant message royal d'espoir diffusé pendant qu'un jet de la défense nationale brûlait le carburant de la nation au bénéfice des royales vacances de quelques-uns. Vingt heures de vol (vol ?) à 10.000 €… Ben ouais, ça fait 200.000 €, plus le billet d'Elisabeth. En "economy" ? Pas si sûr… OK, c'était sur la dotation… Mais qui paye la dotation… ?

    À ce soi-disant premier ministre d'un gouvernement qui respecte soi-disant le choix de l'électeur en ne mettant le capital à contribution qu'à raison de 7 % des sacrifices exigés. Avec 20 députés sur les 63 élus francophones, le MR était-il "le" choix de l'électeur ?

    À ces électeurs français soi-disant cartésiens qui ont voté Hollande parce qu'ils en avaient marre de Sarkozy, et qui sont prêts à voter Sarkozy parce qu'ils en ont marre de Hollande.

    À la N-VA, soi-disant "infréquentable", qui va réussir à faire péter ce qui reste d'une soi-disant Belgique.

    Au soi-disant compromis "à la belge" qui, in fine, se résume à coller du papier peint tricolore sur des lézardes incolmatables.

    À ce soi-disant geste charitable de Belfius qui a offert un chèque de 118.544 € à Viva For Live, pour faire oublier que le gouvernement fédéral a payé 1 à 2 milliards d'euros de trop en octobre 2011 en déboursant alors 4 milliards d'euros pour sauver Dexia Banque Belgique, aujourd'hui devenue Belfius.

    À Willy Borsus, ex-soi-disant Monsieur Propre du gouvernement wallon, qui a offert un beau et médiatique chèque de 100.000 € à Viva For Live. Un soi-disant beau geste pour cacher ce que le fédéral vlaamsebleeuw va ôter de la poche des plus démunis (moins 9 millions pour le fond social mazout, moins 62 millions d'allocations d'insertion, cela vaut bien un petit chèque !). Par comparaison, le déplacement du couple royal et des ministres au mondial brésilien avait, pour mémoire, coûté 500.000 €. Mais quand il s'agit des Rouges, diable !, rien n'est trop beau.

    Enfin, à ces climatosceptiques, soi-disant mieux informés que les experts, pour le temps précieux qu'ils font perdre à la planète.